Accueil  ›  Conseil Régional  ›  Efficacité économique  ›  Agriculture, forêt et agroalimentaire

Agriculture, forêt et agroalimentaire

Véhicule agricole en fonctionnementDeuxième force économique lorraine les filières agricoles et forestières constituent tout à la fois :


Un marqueur de l’identité régionale tant ces filières sont importantes pour le maintien de paysage diversifiées dans lesquels la forêt et les prairies assument leur fonction de réservoir de biodiversité, permettent de faire valoir, au service d’une économie innovante, des savoir faire ancestraux, notamment dans les activités de transformation des produits agricoles et forestiers,

Un moteur pour l’économie Lorraine car ces filières, qui rassemblent plus de 50 000 actifs, sont fortement intégrées de la production primaire à la transformation en produits finis, faiblement délocalisables et fortes de la diversité de leurs acteurs qui rassemble un vaste tissus d’opérateurs : du groupe international à l’entreprise individuelle en passant  par des PME,

Un facteur de cohésion territoriale car ces acteurs irriguent et dynamisent l’ensemble du territoire et notamment les espaces ruraux.

Pour pérenniser une agriculture à la fois moderne et dynamique et pour concrétiser le potentiel de développement de la filière le Conseil Régional cible trois priorités distinctes :


Le soutien au renouvellement des générations en agriculture est le premier objectif de l’action engagée. Il s’agit tout à la fois de faire face à la pyramide des âges et d’anticiper le remplacement de ces actifs tout en incitant à l’émergence de modèles d’exploitation alternatifs plus économes en intrant (foncier) et porteurs de davantage de valeur ajoutée et d’emplois par le développement de systèmes diversifiés (transformation ou vente à la ferme), spécialisés (arboriculture, maraichage) ou à fort potentiel d’intégration au marché comme la production de viande blanche (porcin, aviculture)

• Deuxième enjeu, la compétitivité des exploitations agricoles passe, en Lorraine, par l’accompagnement de l’investissement des exploitations. A ce titre la priorité est donnée à la pérennisation des systèmes d’élevage en soutenant les investissements générateurs de productivité (nouvelles infrastructure) ou permettant la valorisation des effluents par méthanisation. L’investissement de diversification, tant vers une activité à l’aval de l’existant comme la transformation, que vers des ateliers complémentaires spécialisé est également soutenu.

Pour développer la valeur ajoutée des productions Lorraines l’action engagée vise prioritairement et par un soutien volontariste de l’investissement des industries agro-alimentaires, à maintenir l’adéquation entre bassin de production et bassin de transformation qui est seule à même de garantir la pérennité et le développement des emplois sur toute la chaine de valeur.

Parallèlement le Conseil Régional accompagne :
• Le développement des régimes qualité que ce soit par le soutien à leur déploiement ou par le soutien au développement de l’agriculture biologique (aide à la certification).
• le développement des circuits de proximité en incitant les lycées à augmenter la part de l’approvisionnement des services de restauration scolaire auprès des producteurs lorrains.

En matière d’économie du bois la Lorraine cumule :
• un patrimoine forestier exceptionnel - 841 000ha au trois quart feuillu pour une récolte annuelle de 2,7 millions de m3 -,
• un outil de récolte et de transformation du bois performant constitué de 4700 entreprises présentes sur l’ensemble de la chaine de valeur et porteuses de 25000 emplois,
• un potentiel de recherche, d’innovation qui pèse plus de 50% des ressources nationales sans compter l’offre de formation qui couvre l’ensemble des métiers de la forêt à la mise en œuvre du matériaux bois sur l’ensemble des niveaux de qualification du CAP à l’ingénieur.

Pour valoriser ce potentiel la Région Lorraine à fait le choix d’une politique filière centrée sur les débouchés. Ce faisant l’action conduite vise à consolider l’outil de mobilisation et de valorisation en soutenant l’investissement des opérateurs au regard des évolutions des attentes des consommateurs, mais également à susciter l’optimisation de la gestion forestière pour garantir à moyen et long terme l’approvisionnement des opérateurs en qualité et en quantité.

 

Le Conseil Régional